Design

Études Outre le latin et le grec Jean-Paul s’intéresse à la chimie. Son père, ingénieur dans une compagnie de distribution d’électricité, l’emmène dans ses déplacements. Après le bac il prépare les Arts et métiers de Saint-Étienne : Mécanique, dessin technique et ajustage. Après un voyage en Italie il décide de s’inscrire en Architecture aux Beaux-Arts de Lyon. À Paris il acquiert une expérience pratique : conducteur de chantier chez Thinet, dessinateur chez Le Corbusier et Wogensky et poursuit plusieurs projets en collaboration avec Édouard Albert. Chez Technes Jean-Paul se consacre à l’esthétique industrielle : prototypage, documentation et suivi des process de fabrication. Autres rencontres, autres enjeux Jean-Paul développe son activité de conseil et ingénierie auprès d’artistes et d’industriels Boussois, César, Jean-Pierre Demarchi, ICI, Pechiney, Jean-Luc Perrot, Vincey Bourget… Dans son atelier il réalise avec le designer Pierre Colleu une voiture, ce sera l’Amanda. Il conseille et assiste son ami Jean-Marc Geyser dans la réalisation de ses ULM. Il réalise des travaux de Décoration pour Aquitaine-Organico, Solétanche, Corona mais aussi pour des particuliers. L’installation de stands sur divers salons sera l’occasion de créer ses premiers meubles. Jean-Paul se lance dans le Design et expose au salon Sigma une bibliothèque composée de trois types de tôles pliées. Symptomatique de cette recherche de simplicité et de modularité, la Grande Ourse se conjugue presque à l’infini. Jean-Paul intègre l’Atelier A, éphémère groupe d’artistes crée à l’initiative du peintre François Arnal. Avec Kim Moltzer, il signe la table et le fauteuil Penta, des meubles en carton, des luminaires, un fauteuil sur mercure et la table Fleur. Avec son ami l’architecte Daniel Audrerie, il gagne le troisième prix d’un concours d’architecture. Il ouvre son cabinet d’architecture et de design auquel les Nouvelles Galeries commandent une chambre d’enfant et des meubles de salon, pour Airborne il dessine la chauffeuse Jacquet. Prolifique, Jean-Paul laissera de nombreux croquis, des plans et quelques prototypes. De petites séries, restées confidentielles, se retrouvent dans de grandes ventes ou sont conservées par des amis, comme Pierre et Alice Perrigault qui offriront un fauteuil Penta au centre Pompidou. À partir de son entrée à l’ENSCI Jean-Paul consacrera une grande partie de son temps à ses élèves et à l’Enseignement du design